La première station-service GNC inaugurée à Tournai

La première station-service GNC inaugurée à Tournai

©Coralie Cardon

Publié par Frédéric Praillet le 28/05/2015

En inaugurant le 23 avril dernier, à Tournai, la première station GNC de Wallonie développée en partenariat avec Electrabel et G&V, IDETA concrétisait à travers sa filiale ELSA un des axes majeurs de la stratégie pour une énergie positive en Wallonie picarde. 

Le projet

Le principal frein au déploiement des carburants alternatifs réside dans la frilosité des investisseurs à développer l’offre de ce type de carburant en raison du faible nombre de modèles de véhicules adaptés en circulation. Ce projet a dès lors pour objectif de favoriser la demande de ce carburant par le développement d’un réseau homogène de stations-services. Il s’agit donc d’un pari sur le long terme dans une perspective de développement durable de la Wallonie picarde.

Le gaz naturel compressé, un carburant moins polluant et plus économique

Comparés aux carburants classiques, les avantages écologiques des véhicules GNC sont indéniables. Les véhicules au gaz naturel ne rejettent pratiquement pas de particules fines (-95%). En fonctiondes modèles, les émissions de CO2 sont diminuées jusqu’à 27% par rapport aux véhicules à essenceet jusqu’à 12 % par rapport au diesel. En recourant au biométhane (100% renouvelable et produit à base de déchets) comme c’est déjà le cas en Suède, ces mêmes véhicules gaz naturel émettraient jusqu’à 80 % de CO2 en moins.

D’un point de vue économique, le GNC présente les avantages de son prix inférieur et plus stable par rapport aux autres carburants et du faible coût d’entretien des véhicules adaptés.

Un projet inscrit dans la stratégie « Wallonie picarde – Energie Positive »

En se fixant pour objectif d’atteindre 21.750 véhicules roulant  au GNC en 2020, le projet générera une réduction des émissions territoriales de CO2 de 7.465 tonnes, soit environ 1% des émissions générées par le transport sur le territoire. En couplant ce projet avec le développement des transports en commun et la promotion de la mobilité douce, du télétravail et du covoiturage, l’objectif affiché est d’atteindre une réduction totale des émissions liées au transport de plus de 23.000 tonnes de CO2, soit 3% des émissions actuelles.

Mais l’impact de ce projet sur la concrétisation de la vision énergétique de la Wallonie picarde va bien au-delà puisqu’il permettra à terme de valoriser dans le transport le biogaz produit par les stations de méthanisation actuellement également à l’étude par injection dans le réseau de gaz naturel.

De plus, si la stratégie globale mise en œuvre sur le territoire permet de réduire graduellement les consommations de chauffage des bâtiments et donc notamment de gaz naturel, le réseau de gaz naturel doit quant à lui continuer à couvrir ses charges fixes. Le GNC et l’injection de biométhane offrent dès lors de nouveaux débouchés pour la valorisation de ce réseau.

Pour en savoir plus, découvrez l’interview d’Olivier Bontems, Directeur Participations et Energie de IDETA et Administrateur-délégué de Elsa, sur renouvelle.be.